Ouvre les yeux

Le temps passe et tes yeux jamais ne s'arrêtent. N'oublie pas de m'aimer encore. Jusqu'au bout de toi.

30/01/12

La zone du dehors

Ca fait des mois que je cours après cet homme qui m'a retournée le ventre, privant mes nuits de sommeil et défiant ma clareté d'esprit. J'ai avancé sans doute, prête à lutter contre la distance, contre son emploi du temps de ministre, contre celle qui partage sa vie, et contre sa mauvaise foi, aussi. Et ce n'est même pas l'épuisement qui aura eu raison du "nous" que j'avais tant envie de créer. Mais cette jolie jeune fille qui partage mon lit à l'occasion. Parce qu'elle est remplie d'une tendresse si juste que même si mon coeur ne s'emballe pas encore, mon corps tremble à chaque fois. S'il ne fallait pas sans cesse jouer de ses propres désirs autant que de ceux de l'autre, je l'inviterais tous les soirs à venir occuper mes nuits. On s'apprivoise doucement, on parle de tout mais pas du "nous", parce qu'on ignore même s'il y en aura un un jour. En attendant, on vit.

Ce qui est étonnant c'est qu'alors qu'on buvait un verre il y a des mois de cela, on avait fait croire à un homme qu'on était en couple. Et le début de la longue histoire qu'on avait inventé pour se jouer de lui était similaire à la réalité d'aujourd'hui. 

Posté par Cramoisie à 17:16 - Vas-y, souffle - Permalien [#]

Pour n'oublier jamais

Puisque ces mots ne seront lus que par mes yeux attentifs, ne jamais renoncer