Ouvre les yeux

Le temps passe et tes yeux jamais ne s'arrêtent. N'oublie pas de m'aimer encore. Jusqu'au bout de toi.

30/12/11

Pour oublier je dors

Si tu savais comme mes nuits sont agitées par tout ce qu'on aurait pu, par tout ce qu'on aurait du, parce que si on avait su. J'aurais griffé ton dos, manger ta peau dont la texture creuse encore le bout de mes doigts, de regrets, d'inachevé. Ta place est à mes côtés, jamais je n'ai eu pareille certitude, alors qu'est ce que tu fais si loin ? Tu verras l'évidence le jour où je viendrai faire tomber toutes les barrières qui remplissent tes journées, toute cette agitation pour ne pas sentir le vide, ne surtout pas se rendre compte que ça n'a pas de sens. Ignorant la finalité. Je suis sure que tu as pourtant l'impression de bien savoir où tu vas. Où tu vas mais sans vivre. Ivre de travail et d'engagement.

Chouette, on part en vacances.

Posté par Cramoisie à 00:03 - Vas-y, souffle - Permalien [#]

Pour n'oublier jamais

Puisque ces mots ne seront lus que par mes yeux attentifs, ne jamais renoncer