Ouvre les yeux

Le temps passe et tes yeux jamais ne s'arrêtent. N'oublie pas de m'aimer encore. Jusqu'au bout de toi.

31/07/09

Infernale la fuite intense incessante. Sa main m’emporte vite le brouillard ignorant la finalité. Dans le tourbillon hurler la peur de l’abandon toujours la nuit, froide. Intérieurement la solitude éreintante me dévisage. Les murs résonnent sous la puissance de mes coups rythmiquement corrects, paniqués. En sueur la lumière tic-tac.

Posté par Cramoisie à 21:44 - Vas-y, souffle - Permalien [#]

Pour n'oublier jamais

Puisque ces mots ne seront lus que par mes yeux attentifs, ne jamais renoncer