Ouvre les yeux

Le temps passe et tes yeux jamais ne s'arrêtent. N'oublie pas de m'aimer encore. Jusqu'au bout de toi.

19/06/08

Le sourd son de la cloche

Mon regard salé aperçoit toujours, de loin, ses yeux qui rient. La gorge encore toute irritée d'avoir trop fort crié mon amour, j'avance à l'aveuglette vers cet inconnu brisé. Quand mes mains tremblent doucement à l'arrivée du train. Quand ma parisienne m'attend sur le quai de la gare, avec une simplicité presque déstabilisante qui broie le vide en silence. Alors s'illumine mon regard et rougissent mes joues. Tandis que ses bras menus et timides serrent tendrement ma taille. Et qu'en moi, l'inhabité, peu à peu, s'estompe.

Posté par Cramoisie à 17:29 - Vas-y, souffle - Permalien [#]

Pour n'oublier jamais

Puisque ces mots ne seront lus que par mes yeux attentifs, ne jamais renoncer