Ouvre les yeux

Le temps passe et tes yeux jamais ne s'arrêtent. N'oublie pas de m'aimer encore. Jusqu'au bout de toi.

08/04/12

Telle une mer pressée

J'ignore son emploi du temps, ma seule certitude c'est que quand elle est avec moi, elle n'est pas dans les bras d'une autre. Elle ne s'excuse jamais de rien, elle est cassante, piquante, fière, sans pitié, autoritaire. Elle me parle sans gène des femmes qui ont agité ses nuits. Elle est tellement cultivée qu'on peut même pas discuter simplement. Elle refuse que je la prenne dans mes bras, ma seule place étant dans les siens. Elle m'embrasse quand ça la chante. Elle me réveille tous les matins à 6h parce qu'elle arrive plus à dormir. Elle use de tous les stratagèmes pour que je lui fasse son café. Elle répond pas quand je pose des questions.

Son humour est à tomber. Elle me fait l'amour comme personne, surtout le matin. Elle est douce, tendre. Elle accourt dès que je me sens trébucher. Elle met toujours la musique qu'il faut. Elle laisse apparaître un bout de fragilité, parfois. Elle a peur de rien. Elle est curieuse, jamais envahissante. 

Si on devait faire un pour un contre, elle quitterait la scène en moins de deux. Sauf que les points ne se valent pas. Que même ses défauts à la con me troublent. Que quand elle n'est pas là ça me manque, même si je déteste qu'elle vienne en m'interdisant de l'approcher, je préfère quand même ça à son absence. Je la trouve belle quand je la regarde exister, même si elle est communique n'importe comment, même si ses remarques me blessent. Même si, même si.

On n'est pas un couple et je crois que je suis amoureuse. C'est les grandes vacances. Le printemps, les hormones, la distance, l'été et tout ce qui s'en suit. En somme, je me suis mise dans une belle merde. Et par fierté j'aimerais être la première à la faire craquer.

 

" - T'es bien une fille toi !

- Ah ouais ? Et t'es quoi toi alors ?

- Bah y a les filles et les vraies filles, moi j'suis une fille.

- Et c'est quoi la différence entre une fille et une vraie fille ?

- Bah les filles, ça chouine, comme toi !"

Posté par Cramoisie à 22:59 - Vas-y, souffle - Permalien [#]

16/03/12

Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. Les gens ne nous appartiennent pas. 

Posté par Cramoisie à 13:23 - Vas-y, souffle - Permalien [#]

30/01/12

La zone du dehors

Ca fait des mois que je cours après cet homme qui m'a retournée le ventre, privant mes nuits de sommeil et défiant ma clareté d'esprit. J'ai avancé sans doute, prête à lutter contre la distance, contre son emploi du temps de ministre, contre celle qui partage sa vie, et contre sa mauvaise foi, aussi. Et ce n'est même pas l'épuisement qui aura eu raison du "nous" que j'avais tant envie de créer. Mais cette jolie jeune fille qui partage mon lit à l'occasion. Parce qu'elle est remplie d'une tendresse si juste que même si mon coeur ne s'emballe pas encore, mon corps tremble à chaque fois. S'il ne fallait pas sans cesse jouer de ses propres désirs autant que de ceux de l'autre, je l'inviterais tous les soirs à venir occuper mes nuits. On s'apprivoise doucement, on parle de tout mais pas du "nous", parce qu'on ignore même s'il y en aura un un jour. En attendant, on vit.

Ce qui est étonnant c'est qu'alors qu'on buvait un verre il y a des mois de cela, on avait fait croire à un homme qu'on était en couple. Et le début de la longue histoire qu'on avait inventé pour se jouer de lui était similaire à la réalité d'aujourd'hui. 

Posté par Cramoisie à 17:16 - Vas-y, souffle - Permalien [#]